Inde ouest

4 mars, arrivée en Inde et cérémonie de fermeture de la frontière

J'ai un peu merdouillé sur le premier envoi, désolé. L'excuse? c'est une connexion pourrie.

Ça y est, nous sommes en Inde, ça a marché, et il était temps, le visa pakistanais de Chantal expirait aujourd'hui! Pourquoi sur 2 visas demandés en même temps 1 fait 1 mois et l'autre 2 mois. Mystère des méandres de l'administration...

Nous avons arrosé ça au coca et après plus de 2 heures à remplir de nos noms prénoms etc etc etc etc et j'en passe dans au moins 6 registres gros comme des bibles du Xème siècle, nous nous précipitons pour voir cette fameuse cérémonie dont tout le monde parle. Et bien sur nous arrivons en retard, Il y a donc des photos qui ne sont pas de moi, merci aux contributeurs.

 

Les chauffeurs de tribunes commencent à échauffer leurs compatriotes de chaque côté de la grille. En  noir, ce sont les pakistanais qui se préparent.

Ici ce sont les indiens,  genretrès british, on voit le chauffeur de tribunes en treillis à droite avec son micro  et les poteaux avec les hauts parleurs, je vous jure qu'il y a des watts.

Cette cérémonie est surtout une parade grand guignolesque ou chacun montre les poings pour impressionner l'autre et ça pendant 20 minutes et la foule de brailler à tour de rôle.

Allez, il faut impressionner alors qui la lève le plus haut ?

 

Et voilà, c'est fini, on replie les drapeaux, on rentre à la caserne et à demain!

 

On se regarde de travers, l'œil méchant…

 

Mais ca finit quand même par un serrement de mains avant de refermer les grilles.

 

Chantal et son nouveau  bodyguard.

 

Jawa, ça me renvoie en 73 quand j'ai passé mon permis sur une 250 Jawa , elle était beaucoup, mais alors beaucoup moins belle que celles là!

 

Arrivée à Amritsar, plus grande ville du Penjab et première traversée de ville, c'est à voir.. mais pas pire qu'au Pakistan pour l'instant.

 

Et arrivée à notre maison d'hôtes camping où nous allons prendre un peu de repos avant de repartir pour …Paris.

 

Superbe demeure plus que centenaire, encore tenue par la petite fille (petite mais âgée) du constructeur. 950m² de surface au sol et 16 chambres.

 

Produits bio garantis.

 

 

La cuisine, à l'ancienne.

 

 

Le poêle pour bien mijoter les currys.

 

Bon, ce n'est pas tout, il faut maintenant aller s'enfumer en ville.

 

Commentaires

nadia de belles photos ..de jolies couleurs..le sourire de chantal que du bonheur .de gros bisous nad
Odile Tu ne fais pas le poids à côté de ton garde du corps.....

Vous avez aimé ? Faites nous le savoir en laissant un commentaire ici

6 mars 2020 ballade et temple Mata Lal Devi Mandir

Aujourd'hui, visite de Amirtsar, première ville du Punjab.

La principale originalité d'Amritsar est son rôle de capitale religieuse pour la communauté des sikhs. Le nom d'Amritsar provient d'Amrita Saras (étang de Nectar). L'origine mythique de cette cité se rattache à sa fondation par le quatrième guru Ram Das, en 1574, qui ordonna de creuser un étang à l'emplacement de la ville, étang qui devait contenir le nectar sacré de la mythologie indo-européenne. Le Temple d'or des sikhs, appelé aussi Darbar Sahib (Cour divine), est construit sur une petite île au milieu de cet étang.

En route pour la vieille ville dans une trapanelle appelée rickshow, et le show il est présent, tout au long du parcours!

 

 

Ce type d'architecture date du passé colonial de l'Inde.

 

Et voilà le temple Mata Lal Devi Mandir.

Et là, nous arivons dans un temple qui non seulement est un sanctuaire bouddhiste mais un sommet sommet dans l'art du kitsch, et pas seulement,

 

mais qui tient aussi du parc d'attraction,

 

et des restos du coeur, où la nourriture est gratuite, il suffit juste de faire un don à la sortie.

 

Et voilà! c'est fini, c'était grand et bondé de monde, à priori, ça plait beaucoup.

 

le pressing du quartier, le fer fonctionne au charbon de bois.

 

Mais même ici, la kalachnikov n'est pas loin.

 

Un mur végétal original avec des bouteilles d'eau évidées.

 

Une tour, pleine de pigeons.

 

L'atelier du marbrier du palais d'or que nous verrons demain.

 

La différence importante entre la pakistan et l'inde, c'est l'explosion des couleurs, alors qu'au Pakistan tout est gris, ici, c'est plein de couleurs, rues, maisons et principalement les femmes avec leurs saris multicolores

 

Rettour chez Mme Bandari, et voilà un jardinier qui balaye le gazon, demain, il désherbera ce gazon

 

Un très bel escalier, d'une époque révolue.

 

Visiteur du soir, bonsoir!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Arnaud Je gagne l'Euromillion et je viens vous rejoindre avec le Car ;-)
jean marc tu devrais plutôt mettre ton bus sur le bateau où travaille ton fils et le débarquer à Bombay, nous pourrions passer un bon moment au Kerala.
merci pour ton message et à bientôt

Vous avez aimé ? Faites nous le savoir en laissant un commentaire ici

9 mars Chantal et le temple d'or

Ce matin, départ de bonne heure vers le temple d'or.

Ce temple est, pour les sikhs, l'équivalent du vatican pour les catholiques. 

Sa construction a été ordonnée en 1601 par Guru Arjan. C'est lui

Sri Guru Arjan Dev JI | SIKHGURU 

5e maître des sikhs à l’endroit même où le premier d'entre eux, Guru Nanak venait méditer. 

Le , le temple fut le théâtre d'une opération militaire ordonnée par la Première ministre indienne Indira Gandhi dans le but de déloger les indépendantistes sikhs qui s'y étaient retranchés. Ce massacre fit officiellement 84 tués et 248 blessés parmi les soldats assaillants, tandis que les pèlerins devaient dénombrer 493 tués (dont 100 femmes et 75 enfants) et 86 blessés. La violation de leur lieu saint fut considérée comme une insulte majeure par certains Sikhs. Le massacre eut pour conséquence l'assassinat d'Indira Gandhi quatre mois plus tard par ses gardes du corps, sikhs eux mêmes, ce qu'elle ignorait.

Nous sommes arrivés de bonne heure car il parait qu'en journée, le temps d'attente peut être de 4 heures. Et avec notre chance désormais légendaire, il est lui aussi en travaux!

 

Non, chance! juste la façade de l'entrée est en travaux. Voici donc ce fameux temple d'or! Le toit et les murs sont recouverts de feuilles d'or. Ça en jette!

 

Un arbre sacré

 

Des ablutions dans un étang sacré, frisquet le matin à 8 heures.

 

Et l'affluence de si bonne heure... Heure qui n'est pas encore au confinement, 45 mn pour faire 70 mètres tassés commes des sardines!

 

Les poissons surement sacrés eux aussi.

Vue à droite,

Vue à gauche,

 

Le centre,

 

Et la vue d'ensemble.

En fait, c'est très beau et très calme malgré toute cette foule.

 

Et en sortant, nous croisons les nettoyeurs de rigoles, pas trop dur comme boulot à part l'odeur, parce que ça pue grave! 

 

Promenade dans la vielle ville.

Musée de la partition.

En 1947, au moment de l'indépendance des pays formant l'empire britannique des Indes, le Bangladesh ou Pakistan Oriental peuplé majoritairement de musulmans est rattaché au Pakistan Occidental (Pakistan actuel situé 1 600 km plus à l'ouest). Bien que plus peuplé que le Pakistan occidental le Bangladesh est délaissé par le gouvernement pakistanais installé à Karachi (Pakistan occidental). Au début de 1971, les Bangladais votent pour les partis indépendantistes. Le Pakistan occidental organise la répression qui est terrible. Près de 10 millions de Bangladais doivent se réfugier en Inde. L'Inde intervient alors militairement pour aider les rebelles. En décembre 1971, le Bangladesh obtient son indépendance.

Cependant la situation politique est très instable. Le Bangladesh a connu de nombreux coups d'état depuis son indépendance.

Selon diverses estimations, plus de 800.000 musulmans, hindous, sikhs et ont été tués dans les émeutes qui ont suivi la partition entre Août 1947 à Janvier 1948. En outre, plus de 1.400.000 personnes sont devenues des réfugiés.

Le gouvernement de la province du Penjab a fondé ce musée des arts et du patrimoine culturel comme un moyen de commémorer ceux qui ont été "touchés" (le mot est faible)par cette partition.

Nous n'aurons rien vu du musée, c'était fermé.

Retour dans l'après midi, exceptionellement fermé! Mais ça n'empêche pas les femmes de bosser dur. Nous reviendrons après l'épidémie pour voir, à défaut du musée, si le tas de cailloux a diminué !

Retour en ville pour une ballade, encore de bonne heure pour être tranquilles.

 

Ranjît Singh

Ranjit Singh, (né en 1780 et mort en 27 Juin 1839), est un chef sikh, unificateur et raja du Pendjab, incarnation de l'esprit de la Khālsā. Il est enterré à Lahore au Pakistan.

Il est le fils de Mohan Singh, petit chef de guerre de la région de Gujranwala, alors à la tête de la misl (faction) Sukerchakia, auquel il succède à l'âge de douze ans.

Lorsque Ranjît Singh devient gouverneur de Lâhore au profit des Afghans, le Panjâb est éclaté en de nombreuses entités sous la direction de chefs de guerre tels que son père. Ranjît Singh se rend bientôt indépendant en 1799. Il prend le titre de Mahârâjadhirâaja le 12 avril 1801, puis étend son domaine en annexant Amritsar aux dépens des Moghols en 1802, Ludhiana en 1806, Kangra et Jammu en 1809, Wazirabad en 1810, Faridkot en 1807, Attock en 1813 et Multân en 1818. Il occupe ensuite le Cachemire en 1819 et s'empare de Peshâwar en 1823, fondant ainsi un grand État sikh.

Il obtient ces succès militaires grâce à la modernisation de son armée qu'il a entreprise en mettant à son service des officiers européens comme le Français Jean-François Allard ou l'Italien Jean-Baptiste Ventura qui l'organisent à l'occidentale.

Ranjît Singh fait embellir le Harmandir Sahîb en le recouvrant de marbre et en faisant dorer son toit ce qui lui vaut le nom de Temple d'Or.

Le voici, quelle barbe! A part l'épée, on dirait pas Eric????

 

 

 

 

Cimetière de 2 roues.

 

 

Cochon sacré.

 

Khalsa Collège, qui a été construit en 1892 pendant l'occupation britannique en Inde lorsque les

érudits sikhs ont voulu fournir un enseignement supérieur aux Sikhs et au Punjabis du Penjab.

C'est immense.

 

 

fier comme un bar tabac ce conducteur de char, et il pose!!!

 

J'attendais qu'il démarre sa Royal Endfield  juste pour écouter ce bruit mythique et lui il posait attendant que je prenne ma photo... nous avons mis du temps à nous comprendre.

 

En voilà quelques unes qui vont en faire baver quelques uns.

 

 

 

Sponsoring franchouillard.

 

 

Vaches sacrées

 

Et nous voilà rentrés à la maison, le calme après la tempête de l'extérieur.

 

Mme Bandhari, maîtresse de maison achète son blé en vrac, le fait sécher et fait sa farine à la maison.

 

Toujours ce jardin, si reposant.

Le jardin mais avec en plus la bière!! Et la bière dans le jardin, Nous sommes dans un autre monde! Fin du régime sec du Pakistan.

Et nous vous présentons Mme BANDHARI. Ici en bleu.

 

Et voilà,  voyage à nouveau interrompu… d'abord pour la fin de mon traitement, çà, c'est facile à gérer, ensuite pour cause de pandémie qui ne va pas tarder à toucher l'Inde, ça, par contre c'est ingérable!

Nous sommes un peu moroses, quand est ce que cette poisse qui dure depuis trop longtemps va nous lâcher?

Alors entre les pépins, la mousson en inde, les saisons des pluies en asie du sud est, le cancer et le covid, ça ne va pas être facile de gérer la suite pour les mois à venir.

Bonne santé à vous tous, restez bien confinés, n'abusez pas de l'apéro et faites attention à vous.

Et aussi une pensée aussi à nos amis de rencontre, Helena et Inigo qui sont confinés en Inde, Nathalie et Alban au Japon, Michel et son épouse au Pakistan ou Marc et Josianne en Malaisie, John et Mike en Iran, Jess et glouglou en Am-sud ou Bernard en Australie. Pour rire un peu il y a aussi Carole et Mike en Suisse.

Au vu de ce que nous lisons, ça parait très difficile pour vous. Nous sommes avec vous en pensées. Nous pensons aussi à la déception de ceux qui sont rentrés en catastrophe les plemms, les mollalpagas et bien d'autres.

Courage à tous!

 

Commentaires

dom chantal et le temple d'or, ça sort de la bibliothèque verte?
bien beau reportage. dommage ce virus
bises à vous deux
jean marc Bonjour vous 2,
Nous sommes effectivement en France, je devais finir mon traitement, autant le faire maintenant. Mais le camion lui est à Amritsar, Maintenant, avec le confinement les choses changent pas mal.

En bien si nous pouvons rallier l'Inde en août, ça nous permettrait de visiter tranquillement l'Inde du nord au sud et le nord de la Thaïlande pour rejoindre l’Indonésie évitant la saison des pluies au dessus de l'équateur. Repartir ensuite vers le Laos traverser la Chine et être en mars prochain au Japon puis Russie vers la France. Comme ça le timing est bon!
Le seul problème est l'absence de shipping entre la Malaisie et l'Indonésie due aux relations exécrables entre ces 2 pays. Il faut absolument que je trouve une personne bien renseignée là dessus. Sinon, c'est backpap, mais 3 mois de sac à dos, je ne suis pas sur d'avoir envie. Affaire à suivre...

En moins bien si ça dure plus longtemps, visiter l'Inde à la saison des moussons, ça risque de ne pas être la joie, de plus nous allons être dans la mouise avec ce délai d'importation temporaire. Je vais demander à une amie de me mettre en relation avec une de ses connaissances qui possède une agence de voyage à Delhi. Elle pourrait peut être nous aider à obtenir une dérogation pour passer au-delà des 6 mois.

Je doute que Mike puisse prendre un avion pour la Thailande et si c'est possible, reste à savoir s'il pourra rentrer!! Pour ce qui est des cargos, à priori ils sont aussi en confinement, des voyageurs ont laissés leurs camions à Kuala Lumpur sans savoir quand ils pourront les récupérer. Voir ici https://lesmollalpagasencavale.us19.list-manage.com/track/click?u=05b85311dc9c103d9af79d26d&id=68f24b3fc5&e=97bf240b5f

Et c'est vrai que déjà les traversées de frontières sont assez pénibles car nous n'avons pas toujours les bonnes infos. Avec ce problème de virus, certains pays vont surement se servir de ce prétexte pour renforcer les conditions d'entrées.

Un seul mot pour résumer tout ça : dubitatif !
et une seule règle : wait and see.
Bonne chance pour la suite.
Chantal et Jean Marc
dany sympa et intéressante façon de nous faire partager les émotions à la rencontre d'un pays 20/20!!
gros bisous bon confinement smak!
Carole & Mike Bonjour Jean-Marc, bonjour Chantal,
Comment allez-vous? Vous êtes de retour en France? La santé?
Nous sommes toujours en Suisse. Dans l’attente d’un re-départ qui n’aura sûrement pas lieu. Nous envisageons de rapatrier le camion par cargo. Nous pensions rentrer par le Nord, mais la Russie risque de garder ses frontières fermées au-delà du temps nécessaire. Mike devrait se déplacer en Thaïlande le mois prochain pour s’occuper des démarches. Je vais probablement rester en Suisse. Si ça s’ouvre un peu, je le rejoindrai pour faire un peu de back-pack en Asie. Sinon il nous restera un peu d’Europe à faire cet été ou dans le cas contraire, ça sera carrément la fin du voyage. Ça risque d’être très compliqué avec les frontières terrestres après ça. Déjà que ce n’était pas simple.
On vous souhaite bon courage en tout cas! Et si ça devait durer, ne perdez pas de vue les 6 mois du carnet de passage! Les Indiens ne plaisantent pas trop avec ça...
Salzman Hello les voyageurs,
Bravo pour le très joli dernier blog! - Je viens de m'abonner.
J'ai fait 50'000 km en 2 ans depuis Genève, je viens d'arriver en Australie, mon camion arrive de Jakarta ces jours-ci.
Sur un commentaire du blog je vois que vous vous posez la question de comment faire cette traversée.
Je l'ai faite, c'est TRES simple. Il existe un bateau roulier qui assure la liaison entre Port Klang (près de Kuala Lumpur) et 2 villes (au choix) de l'Bornéo: soit Kota Kinabalu ou Kushing (les 2 villes sur territoire Malaisien).

Il y une frontière terrestre (plusieurs endroits de passages possible, mais tous dans l'Etat de Sarawak) et c'est très facile d'entrer sur Bornéo Indonésien.
Une fois en Indonésie (sur Bornéo donc), on tombe dans le (relativement) bon réseau des ferries inter-iles. L'affaire est dans le sac !
Vous pouvez voir des photos de tout cela dans mon blog. Pas beaucoup de texte...
http://landroamer.blogspot.com/
Bien entendu, il faut que le Corona soit jugulé... Cela est une autre histoire.
'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.
Bien cordialement, Bernard

Vous avez aimé ? Faites nous le savoir en laissant un commentaire ici

On en parle

Commentaires


Vous avez aimé ? Faites nous le savoir en laissant un commentaire ici
↑ Remonter au menu ↑